Prévenir, c'est sourire à la vie.

  • Comprendre les maladies

    Comprendre les maladies

    Découvrez nos dossiers sur les maladies les plus courantes pour les prévenir.

Cancer, Prévention et Hygiène de vie : Le Vrai du Faux

Le cancer et les maladies cardio vasculaires sont les deux premières causes de décès. Certes si la génétique y joue un rôle non négligeable, l’impact de l’environnement est également très important, en l’occurrence concernant le tabac, l’alcool, la sédentarité, l’obésité et une alimentation déséquilibrée. Faisons la part, dans ces domaines, du Vrai et Faux et tirons-en de saines conclusions et recommandations !

Cancer, Prévention et Hygiène de vie : Le Vrai du Faux

On peut guérir du cancer : Vrai.  


Le mot cancer ne doit plus évoquer la fin de vie irrémédiable. Loin de là. Maintenant, on peut guérir du cancer, surtout s’il est dépisté tôt ! Par exemple, en cas de cancer du sein diagnostiqué à ses débuts, une femme a une espérance de vie quasiment de 100% à 5 ans. Par ailleurs, les traitements sont de plus en plus efficaces, nombreux et adaptés à chaque cas. Nous progressons donc, à condition de prendre des précautions et de se faire suivre régulièrement. C’est le principe du dépistage. Des campagnes sont faites régulièrement en France pour la prévention du cancer du sein et du colon, par le dépistage. Malheureusement, en moyenne seulement une personne sur deux y répond favorablement. Quel dommage ! Donc, à chacun de prendre soin de soi et de se faire suivre régulièrement (tous les ans) par son médecin traitant.

Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer : Vrai. 


Si le tabac est responsable de 58% des décès par cancer chez l’homme, en revanche l’arrêt du tabagisme permet d’autant plus de gagner des années d’espérance de vie qu’il est précoce. Ainsi, si un fumeur s’arrête de fumer à 60 ans, il gagne  3 ans d’espérance de vie s’il arrête à 50 ans, il gagne 6 ansà 40 ans il gagne 9 années et s’il arrête avant 35 ans, son espérance de vie serait proche de celle d’un non fumeur. En somme, il n’est pas trop tard pour arrêter de fumer – mais le mieux est encore de ne jamais commencer !

L’alcool ne peut donner un cancer que s’il est consommé en quantité importante : Vrai et faux. 


Le risque de cancers avec l’alcool augmente de façon linéaire. En somme, plus on en consomme plus le risque est élevé ; mais ce risque est néanmoins réel avec une consommation faible ou modérée. A noter que la consommation de boissons alcoolisées est en France la deuxième cause de mortalité évitable par cancer. L’alcool peut provoquer des cancers de la bouche, du pharynx, du larynx, de l’œsophage, du colon rectum, du sein et du foie. Pas de panique toutefois. Un petit verre de bon vin rouge ou une petite bière bien fraîche quand il fait chaud font très plaisir et représentent un risque très modéré tant qu’ils sont consommés avec la plus grande modération.

L’obésité augmente le risque de cancer : Vrai.


Vrai, surtout concernant le cancer du corps de l’utérus, du sein (particulièrement après la ménopause) et du colon. Ceci s’explique, entre autres, par la fréquente résistance à l’insuline constatée en cas d’obésité ainsi qu’à l’hyperproduction d’oestrogènes liée à l’excès de tissu adipeux (la graisse abdominale fabrique des oestrogènes). Ainsi, on estime que l’obésité triple le risque de cancer du sein et du corps de l’utérus. Donc si le gras abdominal n’est pas mauvais en petite quantité (il est même utile), en revanche, en excès il devient nocif. De la nécessité de réagir vite et de ne pas laisser les kilos s’accumuler.

Une bactérie peut donner le cancer : Vrai.


Il s’agit d’Helicobacter Pylori. Cette bactérie, dont le niveau d’infestation est relativement courant en France (environ 30% des enfants et adultes), provoque de façon chronique une inflammation de l’estomac pouvant évoluer à la longue vers un cancer de l’estomac. Le diagnostic peut être une découverte fortuite, ou à la suite de sensations répétées de « brûlures à l’estomac ». La Fibroscopie Oeso Gastro Duodénale avec biopsies met en évidence la présence de cette bactérie que l’on peut alors éradiquer par un traitement antibiotique adapté. La leçon ? Ne jamais sous estimer des douleurs à l’estomac !

La faible consommation de fruits et légumes est un facteur de risque de cancer : Vrai.


Les fruits et légumes sont riches en anti oxydants, molécules essentielles en prévention du cancer. Les études montrent que le risque de cancer (œsophage, estomac, colon rectum et poumon) est plus élevé en cas de faible consommation de fruits et légumes, en comparaison avec une consommation élevée d’au moins 5 portions de fruits et légumes par jour. Par conséquent, il est recommandé de prévoir un fruit au petit déjeuner (à manger ou à boire), de manger des crudités et légumes cuits à chaque repas, et un fruit aux desserts. Donc, pensez aux salades composées en été et aux soupes en hiver !

Manger suffisamment de concentré de tomate peut diminuer le risque de cancer de la prostate : Vrai.


Le concentré de tomate est riche en lycopène ; celui-ci est un anti oxydant qui s’oppose aux altérations des chromosomes liés à l’oxydation des cellules pouvant dégénérer en cancer. Il est particulièrement abondant dans le concentré de tomates (30 mg/100g), le coulis de tomates (18 mg/100g), le ketchup° (17 mg/100g – attention au sucre), la sauce tomate (16 mg/100g), le jus de tomate (10 mg/100g). La tomate crue n’en contient que 3 mg/100g. Ses effets bénéfiques en prévention primaire et secondaire du cancer de la prostate ont été confirmés par plusieurs études dont une étude à grande échelle menée chez 51529 hommes âgés de 40 et 75 ans suivis pendant de nombreuses années (depuis 1986) quant à leurs consommations alimentaires et leur santé ; les résultats ont montré que plus la consommation de lycopène était élevée, moins il y avait de cancer de la prostate (Ke Zu et al, JNCI, 2014). Or, le cancer de la prostate est le plus fréquent des cancers chez l’homme, nettement devant les cancers du poumon et du colon. Donc, augmentons notre consommation de concentré et de jus de tomate.

L’activité physique diminue le risque de cancer : Vrai.


Ceci est valable pour tous les types de cancer. Si l’on prend l’exemple du cancer du sein, les études montrent une diminution de risque avant la ménopause de 23% chez les patientes les plus actives comparés à celles pratiquant une activité physique réduite (Wu, 2013) et une diminution du risque de 30% chez les femmes post ménopausiques (Lee, 2003). Quant aux femmes ayant eu un cancer du sein, le risque de rechute diminue d’environ 40 % pour les femmes qui marchent 30 minutes par jour 6 fois par semaine. Les raisons pourraient être aussi bien physiques (baisse des sécrétions d’oestrogènes, renforcement des défenses immunitaires, lutte contre le surpoids …) que psychologiques. Ainsi, d’après le dernier rapport de l’Institut National du Cancer (INCa) en mars 2017 ces bénéfices sont observés pour une pratique mixte (cardio-vasculaire/renforcement musculaire), comportant des exercices d’intensité modérée à élevée, 30 minutes par jour au moins 5 fois par semaine. Donc, tout est possible, pourvu que l’on bouge : marcher rapidement plutôt que lentement – monter les escaliers – aller à pieds ou en vélo au travail plutôt qu’en voiture (si c’est possible) – profiter de la piscine le week end, et fréquenter la salle du sport si l’on aime. A chacun de trouver son plaisir !


En conclusion, avec une alimentation saine, variée et équilibrée, une activité physique quotidienne, un sommeil de qualité, un stress bien maîtrisé et des moments de relaxation, l’absence de tabagisme et une consommation très modérée d’alcool – chacun se donne les moyens de limiter au mieux son risque de cancer.

Pour en savoir plus : Institut National du Cancer : https://www.e-cancer.fr

NOS PARTENAIRES

  • CURIE
  • EPM NUTRITION
  • LIGUE CONTRE LE CANCER

Informations sur les cookies
En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations cliquez ici