Prévenir, c'est sourire à la vie.

  • S'informer pour prendre sa santé en main

    S'informer pour prendre sa santé en main

    Les dernières actualités en matière de nutrition, d'activité physique ou de maladies.

Dormir 6 à 8 heures par nuit serait idéal

Pour demeurer en bonne santé, une nouvelle étude exposée au Congrès de la Société Européenne de Cardiologie (ESC), en août dernier, a démontré qu’il était nécessaire de dormir entre six et huit heures par nuit. Manquer de sommeil aurait ainsi des effets négatifs sur le corps et l’esprit.

Dormir 6 à 8 heures par nuit serait idéal ©Wavebreak Istock

Manquer de sommeil provoquerait des maladies cardiovasculaires

Au cours de l’événement, ce sont trois enquêtes qui ont été dévoilées. La première, menée par des scientifiques de l’Onassis Cardiac Surgery Centre en Grèce, a examiné le lien qui existe entre la durée du sommeil et le risque de contracter une maladie cardiovasculaire (MC). Pour réaliser cette méta-analyse, les chercheurs ont analysé 11 études portant sur 1 000 541 adultes sans antécédents connus de maladies cardiovasculaires.

Leurs recherches ont démontré qu’en comparaison avec les personnes qui se reposaient entre six et huit heures par nuit, les sujets qui dormaient moins de 6 heures risquaient de développer ou de mourir d’une maladie des coronaires ou d’un AVC, à hauteur de 11 %. Leurs résultats ont été le fruit d’un suivi de 9,3 années environ.

A l’inverse, trop de sommeil est mauvais pour la santé. Les gros dormeurs voyaient ce risque accru de 33 % s’ils dormaient plus de 8 heures par nuit.

« Nos résultats montrent que trop ou trop peu de sommeil pourrait être néfaste pour le cœur », a expliqué le Dr. Epameinondas Fountas, l’auteur de l’étude. « Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour clarifier exactement pourquoi, mais nous savons que le sommeil influence les processus biologiques comme le métabolisme du glucose, la tension et l’inflammation, qui ont tous un impact sur les maladies cardiovasculaires », a-t-il ajouté.

« Quelques nuits courtes ou des grasses matinées occasionnelles ont peu de chance de nuire à la santé, mais de plus en plus de preuves s’accumulent pour montrer que le manque de sommeil chronique ou des nuits trop longues sont à éviter », a précisé le Dr. Fountas. Selon lui, « La bonne quantité de sommeil est une partie importante d’une vie saine. »

Manque de sommeil chronique : un danger pour la santé

D’autres recherches dirigées par le Spanish National Centre for Cardiovascular Research (CNIC) de Madrid, en Espagne, ont également été énoncées lors du Congrès de la Société Européenne de Cardiologie (ESC), qui s’est déroulé du 25 au 29 août 2018 en Allemagne, à Munich. Elles aussi indiquent qu’un manque de sommeil chronique pourrait nuire à la santé.

Les chercheurs espagnols ont étudié le sommeil de 3 974 adultes d’âge moyen, tous en bonne santé, et ce pendant sept jours. Les personnes qui dormaient moins de six heures par nuit ou qui se réveillaient à plusieurs reprises durant leur sommeil enregistraient un risque accru d’athérosclérose asymptomatique. Cette maladie engendre une obstruction des artères, ainsi qu’un raidissement. A l’inverse, les individus qui dormaient entre sept et huit heures par nuit d’un sommeil moins haché avaient moins de risque d’en souffrir.

L’enquête a également montré que les sujets qui dormaient peu ou qui se réveillaient souvent étaient plus susceptibles d’être atteints :

  • D’une forte glycémie,
  • D’hypertension,
  • D’obésité.

Ces trois facteurs augmentent sérieusement les risques de diabète, de maladies cardiaques et d’AVC.

Enfin, une troisième étude a été présentée par l’université suédoise de Göteborg. Elle s’intéresse plus particulièrement aux hommes. Selon cette dernière, les hommes d’âge moyen qui dormaient moins de cinq heures par nuit doublaient leur risque de maladie cardiovasculaire grave au cours d’un suivi de 21 ans, et ce en comparaison avec des hommes qui se reposaient entre sept et huit heures par nuit.

De plus, les hommes qui dormaient cinq heures et moins chaque nuit que ceux qui se reposaient entre sept et huit heures, étaient plus souvent concernés par l’hypertension, le diabète, l’obésité et la consommation de tabac.

NOS PARTENAIRES

  • CURIE
  • EPM NUTRITION
  • LIGUE CONTRE LE CANCER

Informations sur les cookies
En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations cliquez ici